Adolphe-Alfred Tanquerey, pss (1854-1932)

80ème anniversaire de son décès
jeudi 16 février 2012
par  Ronald Witherup
popularité : 13%

Il y a quatre-vingt ans, le 21 février 1932 la Compagnie perdait l’un de ses grands écrivains spirituels du début du XXème siècle, le sulpicien Adolphe TANQUEREY. Né à Blainville-sur-Mer (France) en 1854, le père Tanquerey fut ordonné prêtre en 1878 et entra dans la Compagnie de Saint-Sulpice l’année suivante. Il fut envoyé à Rome pour continuer ses études de théologie se spécialisant dans la théologie thomiste et le droit canon, qu’il enseigna par la suite pour un temps au séminaire de Rodez.

En 1887 il fut nommé comme enseignant aux Etats Unis, reconnu comme un français ouvert à la possibilité d’acquérir l’anglais et de pouvoir s’adapter à une autre manière de considérer la formation des prêtres dans le Nouveau Monde. Bientôt le père Tanquerey devint membre de la faculté au séminaire et à l’Université Sainte Marie de Baltimore, au Maryland. C’était le premier séminaire des Etats-Unis (fondé en 1791). C’est durant cette période (1887-1902) qu’il développa ses aptitudes de théologien et qu’il écrivit de nombreux ouvrages en théologie spirituelle et mystique, en théologie morale et également en dogmatique.

Photo c. 1900

Ses nombreuses publications devinrent des modèles de “manuels de théologie”. Ces manuels furent très utilisés tant en France qu’aux Etats-Unis, pour la formation de base théologique des séminaristes, jusqu’au Concile de Vatican II (1962-1965). Typiques du genre, ils étaient réputés pour leur aspect particulièrement apologétique – avec parfois un côté polémique – de l’enseignement de la Foi Catholique. Et pourtant à cette époque, ils passaient presque d’avant-garde !

Parmi les ouvrages les plus significatifs de Tanquerey, citons : La Vie Spirituelle, traité de théologie ascétique et mystique (1930), Un manuel de théologie dogmatique (2 volumes, réédités jusqu’en 1959), Une courte synopse de théologie morale et pastorale (2 volumes, 1902), et le De Virtute Justitiae (1905). Le premier ouvrage cité est considéré par beaucoup comme le classique de ce temps. En théologie dogmatique et morale, Tanquerey faisait un fréquent usage de Saint Thomas d’Aquin, des Pères de l’Eglise et de S. Alphonse de Liguori, parmi tant d’autres sources. Ces livres étaient appréciés pour leur clarté, leur plan rigoureux, et l’extrême aisance avec laquelle était exposée la Théologie Catholique.

Après le Concile de Vatican II, les œuvres de Tanquerey tombèrent en désuétude. Les manuels de théologie étaient devenus trop apologétiques au vu des ouvertures opérées pendant l’époque post-conciliaire. Néanmoins, ses publications restent utiles pour la largesse et la profondeur de vue qui ont prodigué une solide formation théologique pour des générations de séminaristes et de prêtres.

Photo c. 1930

En ce quatre-vingtième anniversaire de la mort de ce grand sulpicien, nous rendons grâce pour son ministère, son enseignement, et sa contribution à la formation donnée aux prêtres dans la tradition de Saint-Sulpice.