Saint Jean, Apôtre et évangéliste

Patron secondaire des sulpiciens
mercredi 26 décembre 2012
par  Ronald Witherup
popularité : 9%

Seulement deux jours après la grande solennité de la Nativité de notre Seigneur, l’Eglise célèbre la fête de Saint Jean l’Evangéliste, rédacteur du quatrième Evangile.

Pour la Compagnie des prêtres de Saint Sulpice, S. Jean est le second patron, après la Vierge Marie.

Le père Olier dit dans ses écrits (Pietas Seminarii) la raison principale de ce choix de Jean l’Evangéliste : « Ils invoqueront aussi comme leur patron particulier le bienheureux Jean l’Evangéliste, qui est devenu à la Cène un autre Christ, et à la croix le fils adoptif de sa Mère. Vénérant surtout en sa personne la grâce de l’Eucharistie, ils s’efforceront sans cesse de puiser la même grâce qui coule de la poitrine du Seigneur. » Il est évident qu’Olier était imprégné de la force du quatrième Evangile à en croire le nombre de citations de ce dernier dans l’ensemble de ses écrits. De plus, Marie, la mère de Jésus et Jean « le disciple bien-aimé » sont les deux personnes présentes au pied de la croix, selon l’Evangile de Jean [Jean 19, 25-27). Ils symbolisent la nouvelle « famille » des disciples créés par Jésus et désignés pour servir la naissance de cette nouvelle communauté de foi, nourrie par le propre corps et sang de Jésus.

Dans l’histoire de la Compagnie, il faut souligner la notable contribution d’un nombre certain de biblistes qui ont écrit de remarquables études sur les écrits johanniques, particulièrement le père Raymond E. BROWN (1928-1998) de la Province américaine. Ses deux volumes concernant l’Evangile lui-même ou plus tard ceux publiés sur les lettres de Jean, aux éditions Anchor Bible, sont devenus des « fondamentaux » pour toute étude sur la littérature johannique.

Plus récemment, le père Robert MERCIER, p.s.s, né en 1939, de la Province du Canada, a écrit de nombreuses publications sur l’Evangile de Jean, tant en espagnol qu’en français.

L’Evangile de Jean contient l’une des plus profondes significations pour la foi chrétienne du mystère de l’Incarnation. Les mots de cet Evangile résonnent avec force et clarté, particulièrement en ce moment de Noël : « Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous…  » [Jean 1, 14]

Joyeuse fête à tous les sulpiciens ! Comme nos devanciers, que nous soyons inspirés et soutenus dans notre ministère par la célébration de cette grande fête !