Transfert des restes de nos confrères sulpiciens

de « Lorette » à la Solitude
mercredi 24 juillet 2013
par  Ronald Witherup
popularité : 8%

Au courant du premier trimestre de cette année 2013, les restes de 127 de nos confrères sulpiciens enterrés dans le cimetière de « Lorette », ont été transférés dans une chapelle du parc de la Solitude. Rappelons que « Lorette » est le bâtiment construit en 1931 pour accueillir à l’époque des séminaristes de philosophie.

Ce transfert était devenu nécessaire du fait de la nouvelle destination du bâtiment. Celui-ci est en cours de rénovation afin d’accueillir des étudiants de l’I.S.E.P (Institut supérieur d’électronique de Paris), selon un bail signé entre l’Institut Catholique de Paris et la Province de France de la Compagnie de Saint Sulpice. Cette location met fin à une trop longue vacance, après avoir servi de lieu d’accueil d’immigrés en France (en particulier du sud-est asiatique).

Ce nouveau bail permettra une consolidation de la situation financière de la Province de France à moyen terme. Le conseil provincial de la Province de France en demandant ce transfert voulait vénérer les restes de nos prédécesseurs, l’état du cimetière commençant à donner des signes de dégradation. Il faut cependant ajouter que le bâtiment entoure l’antique chapelle de Lorette avec sa crypte, haut lieu de la tradition de notre Compagnie.

En mars 2013, le provincial d’alors, le père Bernard PITAUD, pss, accompagné d’un petit groupe de sulpiciens a procédé à la désacralisation du cimetière selon le rite prévu par les lois canoniques de l’Eglise catholique romaine. Puis le nouveau lieu d’inhumation a été consacré dans une chapelle du parc de la Solitude, à quelques mètres de Lorette, toujours à Issy-les-Moulineaux. Un certain nombre de nos vénérés supérieurs généraux furent enterrés à Lorette, en particulier M. Jacques-André EMERY, qui fut celui qui guida les destinées de la Compagnie pendant les heures sombres de la Révolution Française.

Ci-joint quelques photos souvenirs de l’événement. Prions pour nos prédécesseurs : qu’ils reposent en paix.