L’Année sainte extraordinaire de la Miséricorde

Participation sulpicienne
dimanche 6 décembre 2015
par  Ronald Witherup
popularité : 7%

L’année de la Miséricorde commence le 8 décembre 2015 en la solennité de l’Immaculée Conception. C’est aussi le cinquantième anniversaire de la clôture du Concile Vatican II, le concile de l’Eglise qui chercha plus que les autres une ouverture au monde contemporain et une réponse pastorale aux défis du monde moderne.

En proclamant cette année jubilaire extraordinaire de la Miséricorde, le pape François a écrit :
« L’Année Sainte s’ouvrira le 8 décembre 2015, solennité de l’Immaculée Conception. Cette fête liturgique montre comment Dieu agit dès le commencement de notre histoire. Après qu’Adam et Eve eurent péché, Dieu n’a pas voulu que l’humanité demeure seule et en proie au mal. C’est pourquoi Marie a été pensée et voulue sainte et immaculée dans l’amour (cf. Ep 1, 4), pour qu’elle devienne la Mère du Rédempteur de l’homme. Face à la gravité du péché, Dieu répond par la plénitude du pardon. La miséricorde sera toujours plus grande que le péché, et nul ne peut imposer une limite à l’amour de Dieu qui pardonne. En cette fête de l’Immaculée Conception, j’aurai la joie d’ouvrir la Porte Sainte. En cette occasion, ce sera une Porte de la Miséricorde, où quiconque entrera pourra faire l’expérience de l’amour de Dieu qui console, pardonne et donne l’espérance. » (Misericordiae Vultus, 3)

Les séminaires et les maisons sulpiciennes du monde entier vont participer à cette Année de la Miséricorde en proposant diverses activités, des temps de prière et des rassemblements. Etant donné le nombre de défis difficiles qui existent dans notre monde d’aujourd’hui, nous prions que la miséricorde de Dieu vienne effectivement inonder la terre, transformer le cœur des hommes et créer une nouvelle atmosphère de longanimité, de paix et de tranquillité.

Seigneur, envoyez votre Esprit et renouvelez la face de la terre ! Puisse l’intercession de Marie Immaculée nous emplir d’espérance et de joie tout au long de l’année !

Le retour du fils prodique par James Tissot (Brooklyn Museum)